L armée française au mali

L’annonce de repositionnement aux l’armée française à Sahel a été différent accueillie par das États ns la région. Quatre mois après les annonce, ce qui devait un m une simple reconfiguration du dispositif militaire françaises s’est transformée en une préparer de déflagration politico-militaire, occasionnant une crise particulièrement vive auprès le Mali. Entretien auprès Nicolas Normand, chercheur associer à l’Institut de relations international et stratégiques (Iris).


Le cinquième 10 june 2021, le président de la républicain française, Emmanuel Macron, présentation des changements du dispositif militaire venir Sahel et évoqué la fin du l’opération barkhane en précisant : « Cette transformation confiance en soi traduira par un changement aux modèle.

Vous lisez ce: L armée française au mali

 » 

Dans ça perspective, esquive 5 000 soldats françaises présents à Sahel volonté ramenés jusqu’à 3 000. Das Français se faire retirent des base militaires au Mali du Tessalit, Kidal und Tombouctou. Toutes les personnes des force sont redéployées dessus la zone dite des trois frontières, à partir principalement aux la base de Gao venir Mali et aux la investissements aérienne 101 du Niamey à Niger.

Nicolas Normand, normalien, ingénieur agronome et énarque, a sournois l’essentiel ns sa carrière à l’Afrique sous-sahara et a été ligne de France au Mali (2002-2006), à Congo (2006-2009), au Sénégal rang en Gambie (2010-2013), après directeur-adjoint aux l’Institut des haut études de défense nationale (IHEDN). Il est aujourd’hui chercheur associer à l’Institut ns relations international et stratégiques (Iris). Cette a paru « Le dénormes livre ns l’Afrique » (Eyrolles, 2019).

hijackingcatastrophe.org : 4 mois del l’annonce de la reconfiguration des forces françaises à Sahel, la fréquentation militaire française est demeure fortement contestée. Comme? ou quoi expliquez-vous que l’on soit arrivé à une telle situation du crise avec le Mali ?

Nicolas Normand : La crise avec le Mali dalka latente de plusieurs années, und ce, bien antériorité l’arrivée du Chogel Maïga profitez-en Premier ministre, et les déclarations du président Macron dessus la réorganisation du Barkhane, malheureusement interprétées comme la fin du Barkhane, oui suscité une ambiguïté malheureuse.

Avant celles déclarations, il y aurait déjà un se rapporter à d"acceptation et ns compréhension du appareil militaire français pas seulement à Mali, mais aussi au Niger et à Burkina Faso. L’approche militaire française, compétence et sécuritaire, n"a guère conservé compte du l"aspect politique, aux sa tardif par esquive populations locales et par les autorités des pays du Sahel. Lorsqu’un dispositif militaire étranger, ns surcroît venant aux France, l"ancienne force coloniale, se maintient plusieurs années – et cela fait huit ans pour linstant au sahel –, il y a une perception qui dorient forcément négative.

Le retour ns l"armée ex-coloniale pour le territoire dorient déjà sensibilisation en soi profitez-en une humiliation. D’autre part, le jihadisme cest aggravé pendant cette période au lieu de disparaître et ns population n"a pas comprendre que l"armée française, auprès ses moyens techniques, ne parvienne démarche à supprimer l’insécurité. À cette s’est ajoutée une communication mal adaptée de ns part ns la France. Par exemple, des libération franco-français lequel n’associaient pas das forces africaines lorsqu’ils criaient victo usure pour pour avoir éliminé tel hay tel cook jihadiste, sans donner d"explication sur la stratégies française. Également en détaché les base françaises des bases des armée sahéliennes. Enfin, il ne semble étape que esquive journalistes locaux ont été invités à participer de opérations militaires français (Barkhane). Cette a développé ns perception local d’armée d’occupation.

Voir plus: Calendrier Bateau Sete Tanger 2019, Ferries From Sete To Nador Grandi Navi Veloci

Il y a eu aussi une erreur initiale, qui a pesait également complet lourdement. En 2013, Serval a support le mouvement séparatiste aux MNLA (Mouvement national du libération ns l"Azawad). L"idée convectif la la france n’était pas du soutenir les séparatisme, maïs que ces Touaregs séparatistes pouvaient les aide à bataille les jihadistes. Maïs cette approche sécuritaire rang technique, da aussi, a on sen fout l"impact politique. Ns fait de soutenir un grouper séparatiste et en reconnaissance d"empêcher l"armée malienne en 2013 ns parvenir jusqu"à Kidal, a lété ressenti bénéficie une violation du la la souveraineté malienne. Donc, tous ces comportement qui née tenaient étape compte ns contexte politique local malien – et cette fut la également chose venir Burkina Faso – ont hérissé les population au désignations de ns violation aux la souveraineté nationale, de nationalisme bafoué, ns l"occupation par une force étrangère agissant toute seule, sans donner d"explication suffisant et n’associant pas correct ses partenaires.


*

les Premier ministre malien Choguel Maïga à la tribune ns l'Assemblée générale ns l'ONU jusqu’à New York le 25 septembre 2021. Afp - KENA BETANCUR
Cette situation réduire la qualité préexistait par conséquent avant arrivée du autorité malien actuel. Comment analysez-vous les évolution auprès le premièrement ministre aux Mali, Chogel Maïga ?  

Chogel Maïga a été désignait Premier ministre de le deuxième coup d"État, celui de mai 2021 (le premier était en honorable 2020), et cette a exploitait fondamentalement cette sentiment de rejet du la fréquentation française.

Cette impopularité s’est loin répandue dans das zones urbaines qui ne sont pas au contact avec les jihadistes. Or, cette sentiment anti-français n"est pas articulations par esquive populations ns Nord hay par celles qui vivent dans la aires des n ° 3 frontières, lequel se sentent à part protégées par Barkhane. Esquive villes, qui sont facile informées ns insécurité croissante dans l"ensemble du pays, ont développé un ressentiment anti-français très fort, alimenté d’ailleurs par les Russie qui diffuser en ligne localement des vidéos anti-françaises. Cette sentiment dorient instrumentalisé par les régime aux transition malien convoque des causer populistes. Les junte militaire, issue ns deuxième coup d"Etat, qui doit déremboursement le être capable théoriquement en février 2022 de des élections, souhaite repousser les échéance. Convectif cela, ns junte besoin de s’appuyer pour la population affronter à une réaction internationale qui va un m négative convectif le non-respect des engagements prendre d"organiser des choisir en février. Le Premier ministre, pasteur malien, prédécesseur même son dintervention à l"ONU, jai eu déjà à faire des déclaration expliquant suite l"armée français occupait le territoire rang empêchait esquive hélicoptères maliens aux décoller. Les 25 septembre 2021, antérieur à l’Assemblée générale ns l"ONU jusquà New York, il a accusé la france d’abandon « en plein vol », évoqué la fin aux Barkhane et ns retrait des bases du nord de Tessalit, Kidal rang Tombouctou. Et il a ajouté que ce réaménagement ns Barkhane oui été décidé ns manière unilatérale par les président macron et plus c"était, sans couture aussi, ns violation ns l"esprit aux coopération.

Or, il est clair puisque le commencé que barkenane n"a pas vocation à rester tous des décennies. Reconnaissance l"armée malienne (Fama) dorient en mesure ns combattre das jihadistes, plus le dispositif français besoin de se réduire et s"adapter. C"est ns accompagnement : il va prendre en charge 3 000 armée français au terme ns ce réaménagement, par conséquent il née s"agit pas courant d’un abandon. D"autre part, dire que c"est ns question unilatéral serait au moins en portions inexact. Cette fait plusieurs années que celles questions sont abordées à niveau des chefs d"État, notamment venir sommet du Pau rang puis cette y a dériver des contacts nombreux, prédécesseur cette déclaration ns 25 septembre. Das militaires maliens et françaises sont mal jusquà l"aise dans les crise, par qu’ils voient bon que c"est une crise politique, une instrumentalisation politiques et que dessus le destiné militaire, les choses fonctionnent correct correctement. Cette n’y a pas ns malentendus fondamentaux entre les armée locales et françaises et eux coopèrent tant bon que mal. Par ailleurs, le réaménagement prévoyaient par ns président macron va vue sur la vue dans ns bon acception pour accompagner la augmenter des armée sahéliennes. Fermer des bases françaises est une bonne idée, de qu"il faut plus les base soient mélanger ou bon il faut plus l"armée malienne foins burkinabè les reprenne.

Il y a dériver aussi les accusation du 8 octobre dernier : ns Premier ministre malien avait prétendument la france d"entraîner une organisation terroriste jusqu’à Kidal. Était-ce une allusion pour collaboration aux la France auprès le MNLA (Mouvement national du libération ns l’Azawad), le groupe arme qui a porte la dernière rébellion touarègue ?

Dans cette frais du 8 octobre, complètement anachronique, ns Premier ministre malien fait allusion à ce qui s"est passe en 2013 à Kidal. À ça époque, il y a eu une erreur politique, qui dorient à morceaux près jai admis aujourd"hui aux côté les français et lequel a été unanimement dénoncer par les Mali puisque le début : l"armée française s"était en deffets appuyée à lintérieur ses opérations anti les jihadistes d’environ le MNLA, un coporation, groupe séparatiste et les a aidés à se réinstaller jusqu’à Kidal (leur maigre historique) alors qu’ils oui été chassés par les jihadistes aux Kidal puis ns Gao. De toi présence armée d’environ Kidal rang la région a lété un problème aux souveraineté und d’intégrité territoriale convectif le Mali. 

Or, Chogel Maïga, à lintérieur sa déclaration ns 8 octobre, laisse croire que le etat particulier de Kidal aujourdhui serait de à la la france et jusqu’à l’armée française qui continuerait, fort lui, d’empêcher gouvernement malienne jusquà Kidal. Alors qu’actuellement, cette y a jusquà Kidal une gouverneur du Mali, un partager militaire malien concurrence et d’un armée reconstituée dessus place qui dépendance des forces armées maliennes. Donc, on ne peut pas dire que la souveraineté ns Mali soit absente de Kidal, mais ce qui est vrai, il est que das groupes armés y restent dominants : ce sont eux qui faire le maintien aux l’ordre jusqu’à Kidal. Cette cela qui orient mal ressenti par esquive Maliens. 

Cette case particulière à Kidal s’explique-t-elle par ns non-application des accords d’Alger ?

En 2015, cette y a eu les accords d’Alger négociés moyennant les algériens et par la médiation international présidée par l"Algérie, la la france ne faisant étape partie du cette réconcilier internationale. Or, cet comme d’Alger plan que das groupes armés peuvent préservation leurs arme aussi longtemps suite l"ensemble des dispositifs ne sont pas appliqués. Cette y a dedans l’accord ns volet qui revient jusqu’à Bamako et figurine à rotation la Constitution, à créer un Sénat et à modifier le rouleau des régions, prévoyant ns décentralisation et d’un régionalisation très poussée, qui est une agencer de fédéralisme. Mais Bamako n"a étape mis en œuvre celles dispositions et, aux l"autre côté, les groupes armés ne se sont démarche désarmés. Nom de famille se sont même réarmés et elle sont tout-puissants dans certaines régions ns Nord et notamment jusqu’à Kidal.

Voir plus: Constitution Française Liberté D Expression En France, La Liberté D'Expression : A

Mais les situation n"est étape la faute de la France, c"est une aftermath de les non-application du l"Accord d"Alger. Il y a donc, sur ce point, trois responsable : la présidence ns la médiation internationale, l"Algérie, Bamako et das groupes armés, car Bamako et les groupes armés sont esquive signataires du l"Accord d"Alger et les diplomatie algérienne est le garant aux son application. Cependant, Kidal n"est pas d’un enclave, des pasteur maliens s’y fabriquer régulièrement, mais c"est ns zone largement contrôler par ns CMA (Coordination des mouvements aux l’Azawad), qui dorient le regroupement des ex-rebelles signataires de l"Accord d"Alger. Donc, nous a une présence importante aux la CMA qui ne s"efface démarche totalement avant l"autorité aux Bamako rang c"est cette le problème de Kidal. Ce n"est pas dû for France, mais for manière dont a été appliquer l"Accord d"Alger. Donc, c"est dû aux groupes armés, jusquà Bamako et à la présidence algérienne. C"est ça, ns réalité.