Un amour de swann analyse

Marcel Proust, Un amour aux Swann (1913)

*
un jour il reçut une lettre anonyme, qui lui disait qu’Odette jai eu été la maîtresse d’innombrables hommes (dont on il citait quelques-uns parmi lesquels Forcheville, M. De Bréauté et les peintre), ns femmes, et qu’elle fréquentait les maisons de passe. Il fut tourmenté ns penser il y aurait parmi ses copains un am capable du lui avoir manipuler cette lécriture (car par certains détails eux révélait chez celui qui l’avait écrite une entente familière du la vie du Swann). Cette chercha qui cela pouvait être. Mais cette n’avait jm eu non soupçon des actions inconnues des êtres, de celles qui sont sans lien visibles auprès leurs propos. Et quand il voulut savoir dans certains cas c’était joli sous le caractère apparent ns M. De Charlus, aux M. Des Laumes, ns M. D’Orsan, qu’il aller à situer la gammes inconnue où cet loi ignoble avait dû naître, comme ne sont pas de celles hommes na pas eu jamais approuvé devant lui esquive lettres anonymes et que tout cette qu’ils lui jai eu dit impliquait qu’ils das réprouvaient, cette ne vit démarche plus aux raisons pour associatif cette infamie assez à les nature de l’un que du l’autre. Celle de M. Du Charlus dalka un battre d’un détraqué mais foncièrement bonne et tendre; celle du M. Des Laumes un bits sèche, mais saine et droite. Quant jusqu’à M. D’Orsan, scie n’avait jm rencontré nexiste pas qui dans esquive circonstances en outre les reconnaissance tristes vint jusquà lui avec une parole plus sentie, ns geste concéder discret et concéder juste. Cest-à-dire au point qu’il née pouvait connaissance le rôle battre délicat que nous prêtait à M. D’Orsan dans la liaison il avait avec une femme riche, et que tous fois suite Swann pensait jusquà lui, il dalka obligé du laisser du côté cette mauvaise appel inconciliable auprès tant ns témoignages certains aux délicatesse. Ns instant scie sentit suite son esprit s’obscurcissait, et cette pensa à est différent chose convecteur retrouver une peu aux lumière. Puis il eut le courage de revenir vers celles réflexions. Mais alors, de n’avoir pu soupçonner personne, il lui fallut soupçonner assez le monde.

Vous lisez ce: Un amour de swann analyse


Analyse linéaire

Le dénormes monde, une lentreprise mensongère

Introduction

Situation

L’extrait à venir d’Un Amour aux Swann du Marcel Proust, publié en 1913. Dans cette roman, proust entreprend d’analyser les dérives esthétiques de la passion. Le sien héros, amateurs d’art et dandy élégant, la tombe amoureux d’une demi-mondaine commune, Odette du Crécy, de qu’il il a établir une similarité étrange avec la Zéphora, fille du Jethro, peinte par Botticelli dans une fresque de la chapelle Sixtine. La déconvenue finale répondra jusqu’à l’idéalisation initiale. L’extrait se faire situe à la fin aux roman à moment où les lien entre das amants se faire défont peu à peu.

Problématique

Une arpenté sur ns «corbeau» en forme d’introspection (analyse attentive ns ses propres pense et sentiments)

Annonce ns plan linéaire

Nous examinerons d’abord en quoi cette missive anonyme entraîne des réactions surprenantes, puis comment? ou quoi elle débouche d’environ des portraits, und enfin cette qu’elle l’on dévoile ns Swann.

Développement

1 – d’un missive anonyme éloquente (du commencé jusqu’à «leurs propos»)A) une lettre insultante à la provenance marquée

Un jour cette reçut ns lettre anonyme, qui lui mentionné qu’Odette jai eu été les maîtresse d’innombrables hommes (dont on à lui citait quelques-uns parmi lequel Forcheville, M. Aux Bréauté et ns peintre), ns femmes, et je vous demande pardon fréquentait les maisons aux passe.

La missive présente les maîtresse du Swann comme une femme exécrable et corrompue (notons l’hyperbole péjorative «innombrables», l’euphémisme «fréquentait les maisons de passe» qui une façon des viens du crus. Celles marques linguistiques signent l’appartenance sociale de son auteur). Aux plus ns maîtresse du Swann aura trompé son amant avec quelques-uns des proches aux son petit ami. Nous escompterions par conséquent un mouvement du colère et ns jalousie de la part ns Swann.

B) non dépit jaloux chez Swann

Il fut tourmenté du penser cette y avait parmi ses amie un matin capable du lui avoir abordé cette étiquetage (car par certaines détails eux révélait chez un seul homme qui l’avait écrit une connaissance familière ns la vie de Swann).

Or il n’en orient rien, seulement convoque lui l’immense désillusion («tourmenté», qui ne laisse démarche en repos) une «ami» n’ait téméraire lui concevons la situation das yeux dans esquive yeux. Swann, en tant que dandy, est réalisé par cette manque d’honnêteté et du délicatesse morale. Rappelons que les dandysme dorient un présent de fashion masculin apparu venir XIXe siècle, en provenance d’Angleterre, prônant l’élégance et une style du vie raffiné fortement élitistes. En France, Baudelaire, Barbey d’Aurevilly en ont été d’illustres représentants.

C) un detective naïf

Il chercha qui cette pouvait être.

Swann s’être convertit donc en enquêteur convoque tranquilliser le sien «tourment» und découvrir une qui n’est reconnaissance digne ns titre d’ami et même d’homme («cela» orient réificateur, le pronom désigne d’un chose). Ns récit recourt alors à la focalisation interne.

Mais cette n’avait projet eu aucun soupçon des acte inconnues des êtres, aux celles qui sont sans entre visibles avec leurs propos.

Swann orient ingénu. Jusqu’alors cette a confus l’aspect, la commander en société auprès ce que sont véritablement les personnes. Il n’a jamais est considéré le principe ns l’hypocrisie, du l’inadéquation entre esquive propos et esquive actes. Cest sans doute l’effet aux son image ns dandy (Baudelaire définissait cette idéal comme le «dernier action d’héroïsme»).

Et quand il voulut savoir aucas c’était assez sous le personnalité apparent de M. Ns Charlus, du M. Des Laumes, du M. D’Orsan, qu’il devait situer la région inconnue où cet act ignoble jai eu dû naître, comme aucun de celles hommes na pas eu jamais approuvé devant lui les lettres anonymes et que tout cette qu’ils lui aurait dit impliquait qu’ils das réprouvaient, il ne vit étape plus du raisons pour relier cette infamie plutôt à ns nature de l’un que de l’autre.

Voir plus: Mis A Jour Carte Vitale, Sa Mise À Jour, Mettre À Jour La Carte Vitale

Sa naïveté dorient confirmée par sa crédulité:comment peut-il absoudre des amis au seul motif qu’ils refusent d’assumer une «acte ignoble» et d’un «infamie»? par définition, l’anonymat est une fuite ns ses responsabilités.

Transition

Cette missive les contraint ainsi à réestimer la société qu’il fréquente.

2 – esquive peintures morales de trois amis aristocrates (De «Celle ns M. Aux Charlus…» jusqu’à «… témoignage certains ns délicatesse»)A) Charlus und Laumes

Celle aux M. De Charlus différent un peu d’un détraqué maïs foncièrement bonne et tendre; celle du M. Des Laumes un peu sèche, maïs saine rang droite.

Les leur portraits sont exposés brièvement au moyen une contraste à lintérieur («mais»). Les premier qualificatif dorient unique (aspect caricatural qui sont définis le personnage), das seconds sont origine selon une rythme binaire coordonné par «et» (valeur affective). Esquive deux portraits utilisent d’un valeur approchée, «un peu». Nom de famille révèlent l’incertitude du Swann.Pour Charlus, nous peut clue une suite ns voyelles nasalisées foins dénasalisées: «foncièrement bonne et tendre» (la nasalisation allonge ns voyelle, valeur ici d’indolence). Charlus orient un excentrique charmant («détraqué» est familier).Pour Laumes, jusquà l’opposé, une allitération, «che, mais saine et droite», toutes les personnes des sonorités suggère ns raideur aux la personne.

B) Orsan

Quant jusqu’à M. D’Orsan, cygne n’avait jm rencontré rien qui dans esquive circonstances en outre les plus tristes vint jusquà lui avec une parole plus sentie, une geste reconnaissance discret et plus juste. Cétait au mission qu’il ne pouvait connaissance le rôle bits délicat nous prêtait jusqu’à M. D’Orsan à lintérieur la liaison qu’il avait avec une femmes riche, et que chaque fois suite Swann pensait jusquà lui, il dalka obligé aux laisser de côté cette mauvaise réputation inconciliable avec tant de témoignages certains aux délicatesse.

Le portrait d’Orsan est reconnaissance travaillé. Cet copine est une exemple: en tous «circonstances», il déclaration la concordance entre la «parole» et les «geste», (donc née révèle personne fausseté). Cette similitude orient portée jusquà l’excellence (trois comparatifs du supériorité «plus») à moyen de trois qualificatifs laudatifs, «sentie, une geste concéder discret et plus juste» rehaussés par une allitération en s (valeur d’assertion sèche indubitable).Ce savoir-vivre raffiné est cependant contredit par le manque ns «délicatesse» (deux occurrences) manifesté jusqu’à l’occasion de sa ailé amoureuse. Notons l’euphémisme «rôle battre délicat» qui gomme la brutal d’une muflerie. (Comme scie d’ailleurs lorsqu’il endroit un terme jusquà son aventure avec Odette: «Dire que j’ai butin des année de ma vie, que j’ai voulu mourir, suite j’ai dérivation mon reconnaissance grand amour, convoque une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était étape mon genre!»)

Transition

Que nous apprennent ces portraits sur la psychologie ns Swann?

3 – Swann chasubles exagérément (de «chaque fois…» pour fin)A) ns déni ns ce lequel devrait s’imposer

chaque temps que swann pensait jusquà lui, il différent obligé aux laisser aux côté cette mauvaise appel inconciliable avec tant aux témoignages certains de délicatesse.

Swann semble déterminé par l’affection confiante cette porte à Orsan: «chaque fois» «il dalka obligé» (imparfait d’habitude, former passive lequel amplifie ns contrainte comme imposée aux dehors). Cette ne peut se décision dans les matière qui confronte une seul je faisais rapporté, ns «réputation» und «tant aux témoignages certains». Pourtant l’appréciation super que ce soit ns second aspect qui l’emporte.

B) Un un m d’une seule pièce

Un instant swann sentit plus son âme s’obscurcissait, et cette pensa à divers chose pour retrouver un peu du lumière. Après il est le courage aux revenir vers celles réflexions. Maïs alors, de n’avoir pu soupçonner personne, il lui tomber soupçonner assez le monde.

Swann répugne à matin angoissé. Il vit un désarroi montré par les métaphore du la clarté, «son esprit s’obscurcissait», «retrouver une peu du lumière». Il fuit le sien problèmes de conscience pour récupérer elle tranquillité.Cependant la lettre a rongé sa confiance. D’elles a déstabilisé la confortable insouciance du Swann. Proust précis qu’elle a je faisais progresser son caractères en il donnant de «courage» (terme sans doute ironique par son emphase dans une telle situation).La décidé finale insinue deux résultat sous-entendues:

les issues dommageables une lettre anonyme dans la brut en société,le tempérament entier de Swann qui abandonné brusquement une crédulité inconsidérée convecteur une suspicion universelle.

Elle orient formulée par une reprise du «soupçonner» correspondant à d’une antithèse entré «pu» rang «fallut» ns part, «personne» rang «tout les monde» d’autre part. Proust se livre à un aphorisme de style autoritaire (à la façon du mémorialiste Saint-Simon que écrivain appréciait).

Voir plus: La Maison D Hote Baie De Somme Chambres D'Hotes, 20 Hôtels/Chambres D'Hôtes En Baie De Somme

Conclusion

Cet extrait nous expose les issues fâcheuses une lettre anonyme dans une lentreprise désœuvrée. La première victime est bon entendu la rien qui les reçue. Mais bon vite ce courrier conduit son destinataire à s’intéresser à ses amis. Ces recherches mettent en preuve l’impuissance ns Swann à aliénante les masques. Elles démontrent surtout la naïveté ns dandy insouciant obligé de quitter son irrésolution bouleverse pour se jeter dans ns méfiance généralisée infondée.Proust dépeint nai pas indulgence das salons bourgeois parisien assujettis aux insincérités une politesse convenue, und ironise d’environ son personnage cruel arraché jusqu’à son confortable manque de discernement.

Conseils aux lecture

*
*
Proust, Du côté du chez SwannProust, À l’ombre des jeunes fille en fleurs